CFP WORKSHOP 1: “Shakespeare, the Matrix” et présentation de l’année

Projet ClioS : « La Fabrique de l’histoire : l’histoire immédiate sur la scène britannique » / “Clio on stage : Making history —Immédiate history on the early-modern and contemporary stages in Britain”

Year 2 : Shakespeare as a matrix for contemporary drama – general presentation

 Notre projet vise à interroger la pertinence durable de Shakespeare et de ses contemporains et de tout ce dont ils sont devenus synonymes dans l’imagination contemporaine, et tout particulièrement dans le théâtre qui porte sur notre passé récent. Le « shakespearien » est-il un prisme fécond pour mettre au jour les mécanismes de l’histoire à la période de la première modernité et pour la période contemporaine ? Nous nous interrogerons sur la signification de la notion de « contemporain » pour la création — au temps de Shakespeare comme aujourd’hui. Que signifie le contemporain pour les auteurs de langue anglaise aujourd’hui, pourles metteurs en scène (et les acteurs) qui mettent en scène leurs œuvres, à une époque de crise. Ce projet se fonde sur deux mouvements corrélés: l’intérêt relativement récent pour l’histoire immédiate dans le théâtre contemporain et la résurgence des pièces historiques de Shakespeare (et du reste de son œuvre) sur la scène, qui s’accompagne de l’utilisation de Shakespeare comme matrice pour représenter des événements contemporains. En quoi “Shakespeare” (ou ce dont il est le nom) est-il (encore) « pertinent » pour les auteurs, mais aussi les metteurs en scène, acteurs et publics contemporains pour explorer notre post-modernité ?

(English version) Our project aims at interrogating what seems to be the enduring relevance of Shakespeare and Elizabethan dramatists in general and all that they now stand for in the contemporary imagination, and most particularly in the drama that deals with our immediate past. Is “Shakespeare” a fruitful prism to help expose the mechanisms at work in recent or immediate history in both early and post-modernities? This will lead us to question the notion of the “contemporary” in dramatic creativity — what the contemporary meant to Shakespeare and other early modern writers, what it means to playwrights writing in English now, and to directors (and actors) staging their works,  in what can be defined as “times of crisis or unrest”. We take our cue from two related movements: the new focus on immediate history in contemporary drama and a resurgent interest in Shakespeare’s histories (and other plays) today, and in Shakespeare as a matrix to discuss contemporary events. In what ways is “Shakespeare” (or what he stands for) still “relevant” for contemporary authors, directors, actors, and audiences to explore postmodern issues?

 

  1. 15 janvier 2021, 14 h 00 – 18 h 30, Workshop 1: “Shakespeare as a matrix for history on the contemporary stage / Shakespeare comme matrice d’un théâtre historique contemporain”

Depuis les années 1970 et tout particulièrement en ce début de 21ème siècle, Les pièces historiques de Shakespeare ont connu un renouveau sans précédent des deux côtés de la Manche. Cette redécouverte des histoires a été attribuée entre autres à un intérêt pour le théâtre épique dans le contexte des crises sociales et politiques contemporaines, ainsi qu’au goût récent pour la sérialité qu’encourage la popularité croissante des séries télévisées.  Alors que Shakespeare n’a jamais été aussi présent à la scène, il semble aussi hanter la création théâtrale contemporaine. Ainsi, bien qu’il se déclare “citoyen d’Auschwitz et d’Hiroshima”, Edward Bond réécrit, entre autres, King Lear pour son Lear. Quant Martin Crimp, il s’inspire du Edward II de Marlowe pour explorer le thème de la violence d’état dans Lessons in Love and Violence, le “texte” qu’il écrit pour accompagner la création musicale du compositeur George Benjamin. Faisant usage de techniques qu’ils tiennent du théâtre de la première modernité, incluant la violence frontale, les dramaturges contemporains élaborent des pièces où le corps est le support sur lequel s’écrit l’Histoire. Mais peut-on pour autant dire que le théâtre de la première modernité est une matrice pour écrire sur l’histoire aujourd’hui ?  Ce premier Workshop tentera de faire dialoguer des spécialistes de théâtre de la première modernité et de théâtre contemporain : il s’agira de croiser les regards sur un corpus contemporain renvoyant au théâtre de la Renaissance parler d’histoire, qu’il s’agisse de réécritures de pièces de Shakespeare ou de pièces incluant des allusions à ce dernier. On invitera notamment les spécialistes de théâtre elisabéthain et jacobéen à réfléchir à la modernité de l’esthétique du théâtre anglais de la Renaissance en la confrontant à ce qu’en ont retenu ou rejeté les contemporains. A quoi se résume la présence obsédante (qu’il s’agisse de révision ou de recyclage) de l’héritage de la première modernité dans la représentation de l’histoire contemporaine, quels aspects formels ou thématiques en sont repris et mis en travail, et pour quels usages ?

Les pièces pouvant donner lieu à des lectures croisées pour ce Workshop sont:  Martin Crimp’s Lessons in Love and Violence (avec le Edward II de Marlowe), I, Malvolio, I, Banquo, I, Caliban, Edward Bond’s Lear or Bingo, Howard Barker’s Gertrude, The Cry, or  7 Lears, Arnold Wesker’s Merchant, Tom Stoppard’s Dogg’s Hamlet et Cahoot’s Macbeth, Zinnie Harris, The Duchess [of Malfi] (2019), Dunsinane de David Greig (2010), ou Tim Crouch’s I, Shakespeare…

 

(English version) Since the 1970s and particularly the early 21st century, Shakespeare’s histories have been through an unprecedented revival on both sides of the Channel. The new interest in Shakespeare’s histories has been variously attributed to a desire for epic theatre in a context of political and social crises, and to the craze for serialized productions induced by the popularity of TV series. While Shakespeare has never been so prominent on the stage, his presence seems to haunt contemporary dramatic creation. Thus, even though he claims to be “a citizen of Auschwitz and Hiroshima”, Edward Bond rewrites King Lear. Meanwhile, Martin Crimp draws on Marlowe’s Edward II to investigate State violence in Lessons in Love and Violence, the 2018 “text for music” he wrote for composer George Benjamin. With techniques they see as deriving from early-modern drama, including frontal violence, contemporary dramatists create plays in which the body is the page on which History is written. But is early-modern drama still a matrix for writing about history in contemporary drama? For this first Workshop we encourage specialists of early-modern drama and of post-modern theatre to confront their perspectives by studying (jointly or separately) a set of contemporary plays in which the reference to early-modern drama is more or less explicit to question the haunting presence (and sometimes recycling) of an early-modern “heritage” in the representation of contemporary events. What formal and thematic aspects of early-modern theatre are retained and how are they put to use? How is it reinterpreted, revised and moulded by contemporary authors to comment on contemporary historical situations and crises?

The plays that might be read and studied for this Workshop are: Martin Crimp’s Lessons in Love and Violence (in conjunction with Marlowe’s Edward II), or I, Malvolio, I, Banquo, I, Caliban, Edward Bond’s Lear or Bingo, Howard Barker’s Gertrude, The Cry, or  7 Lears, Arnold Wesker’s Merchant, Tom Stoppard’s Dogg’s Hamlet and Cahoot’s Macbeth, Zinnie Harris’s The Duchess [of Malfi] (2019), Dunsinane de David Greig (2010), or Tim Crouch’s I, Shakespeare…

 

  1. 29 mars 2021: 14 h 00 – 18 h 30: Workshop 2 “Queering Shakespeare : Relire Shakespeare au prisme des enjeux contemporains”

Cette seconde journée vise à explorer l’utilisation de la référence shakespearienne dans des œuvres de notre post-modernité qui ne sont pas a priori à sujets historiques, mais traitent néanmoins de la situation contemporaine, y compris de problèmes de société ayant trait à la famille, au genre et à l’altérité religieuse ou ethnique. Ainsi de Sarah Kane qui, situant sa pièce Cleansed dans les ruines d’un camp de concentration, représente une histoire d’amour exacerbée entre un frère et une sœur qui s’inspire de Twelfth Night de Shakespeare et de ‘Tis Pity She’s a Whore de John Ford. Cette journée permettra de montrer comment la référence à Shakespeare ou à ses contemporains ou le réemploi implicite ou explicite d’éléments tirés de leurs œuvres permet, par un effet d’anachronisme ou de dissonance volontaire, de pointer des enjeux genrés, religieux ou ethniques centraux de la société contemporaine. Une fois encore, nous inviterons les regards croisés, multidisciplinaires et comparatistes, sur des objets contemporains, pour tenter de mettre en évidence les points de friction ou de convergence entre les esthétiques contemporaines et renaissantes. On pourra aussi s’intéresser aux mises en scène de pièces du répertoire élisabéthain et jacobéen qui se proposent de « réactualiser » des enjeux de société, notamment par l’anachronisme et la transposition. Faut-il « remettre » Shakespeare « au goût du jour » ?

 

  1. 18 juin 2021: 14 h 00 – 18 h 30: Workshop 3 : Le théâtre historique au défi du texte : Shakespeare (et ses contemporains) parlent-ils le contemporain ?

Les Workshops 3 et 4 abordent la question de la réception du théâtre de la première modernité, à travers respectivement la traduction et la mise en scène. Shakespeare est-il vraiment notre « contemporain » ? Est-il plus contemporain en français qu’en anglais élisabéthain ? Et s’il est permis de le penser, quel rôle jouent les traductions dans ce qui n’est peut-être au fond qu’un malentendu ? Ce troisième Workshop propose de s’intéresser d’abord à l’importance des traductions et de la langue, qui est loin d’être anecdotique, dans la réception contemporaine des pièces historiques de Shakespeare et de ses contemporains, comme dans la perception de leur pertinence. On pourra proposer des études longitudinales d’une ou de plusieurs traductions contemporaines ou s’intéresser à un problème textuel particulier dans une perspective comparative. Faut-il retraduire Shakespeare pour chaque proposition artistique comme beaucoup de metteurs en scène le préconisent, et comment faut-il traduire ?  Ou au contraire, faut-il adopter une démarche plus textuelle et opter pour une traduction qui serve de contrainte et de défi pour les propositions dramaturgiques ? Quel Shakespeare est notre contemporain ? La question de l’anachronisme volontaire ou involontaire pourra faire l’objet d’une réflexion approfondie.

 

  1. 24 septembre 2021 : 14h-18h : Workshop 4 : Le théâtre historique de Shakespeare (et de ses contemporains) au défi de la scène contemporaine : le théâtre élisabéthain est-il actuel ?

Cette ultime séance s’intéressera plus spécifiquement à des questions de mise en scène. On étudiera des mises en scène récentes de pièces historiques de Shakespeare (et de ses contemporains) pour réfléchir à ce qu’elles nous disent du contemporain. On pourra partir de la réflexion d’Agamben sur le contemporain comme inactuel ou encore comme celui qui perçoit l’obscurité de son temps : « Contemporain est celui qui reçoit en plein visage le faisceau de ténèbres qui provient de son temps » (Qu’est-ce que le contemporain, 2009). En quoi une mise en scène est-elle actuelle, ou « pertinente » pour le présent ? La séance sera centrée sur des mises en scène de pièces historiques ou politiques récentes, quelle que soit leur langue, comme le cycle des « Henry VI » proposé par Thomas Jolly (2014), le Richard III de Thomas Ostermeier (2015) ou Kings of War monté par Ivo Van Hove (2017), pour montrer comment la manière dont elles actualisent et réactivent des enjeux sociaux et politiques qui s’adressent à une communauté locale de réception.

 

________________

 

RAPPEL : 20 – 21 janvier 2022 : COLLOQUE, « Le théâtre d’histoire immédiate : un genre en soi / A Theatre of immediate history : A genre of its own ? »

 

Au terme de deux années consacrées à l’analyse de l’histoire immédiate sur les scènes de la première et de la post-modernité, il est temps de s’interroger sur la pertinence d’une approche générique pour un théâtre dont la vocation première serait de prendre en charge et de représenter l’histoire immédiate ou récente. Existe-t-il un genre dramatique qu’on pourrait nommer « théâtre d’histoire immédiate » ? Est-ce la même chose que le « théâtre d’actualité » que Charlotte Bouteille-Meister définit comme un « théâtre polémique » qui s’attache à la « reconstruction communautaire de l’événement »[1]? Ce colloque tentera de déterminer s’il est possible de dégager des caractéristiques et des modalités formelles, des thématiques ou encore des idéologiques communes dans la mise en théâtre d’événements historiques sur les scènes de la première et à la post-modernité. En outre, on pourra se demander si le théâtre de la première modernité peut, de manière fructueuse, aider à penser les partis pris et parfois même les révolutions esthétiques qui mettent en forme le théâtre d’histoire immédiate de la postmodernité. Une approche de ce premier théâtre d’histoire immédiate comme matrice pourrait nous permettre d’explorer plus avant une pensée du contemporain et de regarder de près les modalités de sa mise en scène.

[1] Charlotte Bouteille-Meister. « Le théâtre d’actualité, un théâtre provincial par nature ? : La lecture communautaire des événements contemporains par le théâtre d’actualité (1588-1617) ». Littératures classiques, 2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search