PAR: Sillages Critiques, 31, 2021: “Le spectacle de l’histoire récente et immédiate sur la scène britannique de l’époque moderne et contemporaine”

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du numéro spécial de Sillages Critiques consacré aux travaux du projet ClioS des années 2020 et 2021.


31 | 2021

Representing Recent and Immediate History on the Early Modern and Contemporary British Stages
Sous la direction de Elisabeth Angel-Perez, Line Cottegnies et Virginie Yvernault
Henry VI, Mise en sc. Thomas Jolly
Informations sur cette image
Crédits : Nicolas Joubard.

Ce numéro thématique de la revue Sillages critiques réunit une sélection de textes issus des travaux du projet Émergence ClioS (de Sorbonne Université), co-piloté par Line Cottegnies et Elisabeth Angel-Perez, et qui a porté, entre 2019 et 2021, sur le théâtre d’histoire immédiate sur la scène britannique de la première modernité et de la période contemporaine. Il s’agissait de réfléchir à la nature spécifique de ce théâtre de temps de crise qui s’approprie l’histoire « contemporaine », qu’elle soit récente ou immédiate, en faisant appel à des spécialistes de théâtre des deux périodes considérées.

Les articles réunis ici visent à définir le genre du théâtre d’histoire immédiate et récente à deux périodes et dans deux contextes bien différents. La première section, qui s’intéresse au théâtre de la première modernité, propose de réfléchir à la manière dont ce théâtre donne forme au matériau historique, en montrant comment les questions d’esthétique sont déjà idéologiques. Un second ensemble de textes étudie comment trois pièces historiques de la première modernité éclairent de manière critique leur propre présent.La troisième section met en évidence la manière dont le théâtre historique de la première modernité peut « servir » une cause contemporaine par diverses modalités de réécriture, ou encore en étant mis en scène dans un contexte singulier qui en déplace les enjeux. La quatrième section s’intéresse à la manière dont le théâtre contemporain se saisit à son tour d’événements contemporains pour écrire un « théâtre d’histoire immédiate ». La dernière section aborde la question de la réception du théâtre historique de la première modernité à travers la traduction contemporaine et des malentendus auxquels la traduction peut donner lieu. Shakespeare est-il vraiment notre « contemporain » ? Est-il plus contemporain en français qu’en anglais élisabéthain ? Et s’il est permis de le penser, quel rôle jouent les traductions dans ce qui n’est peut-être au fond qu’un malentendu ?

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search